Sélectionner une page

Lors du conseil municipal du 24 septembre ont été votées plusieurs délibérations relatives à constructions et à l’aménagement puis à la gestion dans le cadre d’une délégation de service public ( construction d’une grande salle événementielle et travaux dans le centre des congrès ainsi qu’ au parc des expositions).

Nous avons pris une position responsable, soulignant l’intérêt de la création d’une grande salle événementielle, mais en émettant des réserves sur le fait de lancer ces travaux sans initier préalablement une vraie politique de désendettement de la ville mais aussi sur le principe de la délégation de service public ainsi que sur les rapports prévus entre le délégataire et la ville.

Notre position initiale a été de nous opposer à ce dossier (cf.vidéo).

Au regard des précisions données en séances qui ont permis de clarifier un dossier abscons, nous avons modifié notre sens de vote et nous nous sommes simplement abstenus, considérant que tous les aménagements décrits plus haut ont été lancés sans études de faisabilité et d’impact suffisantes. Notre prudente attitude est à rapprocher des conclusions du rapport n° 010925-01 du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CEGEDD) où Sophie MOUGARD, en juillet 2017, souligne les lacunes en matière d’études économiques préalables et d’analyse postérieures à la réalisation de la première ligne de tramway commencée en 2006 par Reims métropole ( sous une majorité UDF, donc proche de l’actuelle majorité).

Faire des aménagements dignes de la 12è ville de France, oui, mais il convient de les faire sans précipitation.

Le maire de Reims multiplierait-il actuellement les travaux dans une perspective électorale ? À titre d’information, le dossier relatif à la Grande salle événementielle, au Centre des congrès ou au Parc des expositions engage la ville pour 25 ans. Il mérite d’être lancé avec moins de précipitation et plus d’études préalables.

Jean-Claude PHILIPOT

Président du groupe Reims Bleu Marine