Sélectionner une page

CM 2018-354 PROJET DE BUDGET PRIMITIF 2019 (principal + annexes restaurant et ZAC Sernam)- Attention au lapsus sur le CCAS: j’ai lu -400 000€ au lieu de -4000€ (Passage du CCAS de 7 000 400€ à 7 000 000€)

Monsieur le Maire, mes chers collègues

1) La qualité d’un budget tient tout d’abord au plan formel à son équilibre, mais là on est dans l’obligation réglementaire.

Elle tient aussi aux objectifs purement financiers qui s’inscrivent dans la poursuite des choix antérieurs ou à la rupture avec ceux-ci :

– diminution ou augmentation des charges de fonctionnement ;

– diminution ou augmentation de la politique d’investissement avec pour incidence la baisse de l’endettement ou son augmentation ;

– et même choix délibéré de diminuer la dette au moment où la France ruinée, notamment par le mécanisme de la loi monétaire de janvier 1973 ou sa politique d’immigration massive doit essayer de rétablir ses comptes.

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, ici ou en conseil communautaire, la gestion actuelle va dans le bon sens au strict sens financier. J’ai commencé à intégrer pour les comparer les résultats de la ville et ceux du Grand Reims et les mouvements vont a priori dans le même sens et, à ce titre les résultats de la commune ne semblent pas résulter d’un jeu d’écriture. Il resterait cependant dans ce domaine à comparer les dépenses, les résultats de l’ensemble des communes avant et après intégration dans l’ Etablissement Public de Coopération IntercommunaleGrand Reims pour pleinement apprécier s’il y a au plan strictement financier un gain dans le système actuel. Voilà des années que nous dénonçons le millefeuille adminiistratif censé réduire les coûts et améliorer la vie des Français….Je ne dénonce pas ici l’existence de la communauté urbaine Grand Reims qui a un effet de synergie de développement intéressant , mais j’indique qu’il y aura en la matière un bilan global à faire ultérieurement.

Il resterait cependant à étudier la vraie opportunité des cessions d’actifs immobiliers qui se succèdent chaque année pour à peu près le même montant ( pour 2019 5,17 M€) :intérêt réel sur long terme ou moyen commode pour le court terme ? Et après, quand il n’y aura plus rien à vendre ?

Mais le vote d’un budget n’est pas, heureusement, un acte de validation de choix purement financiers sur lequel la note porte l’essentiel de l’attention (57 pages sur 71+ 5 pages annexes consacrées au budget général). C’est la validation des choix de la majorité en matière de programme même.

C’est la raison globale pour laquelle nous ne pouvons pas voter pour ce budget. Certes au plan purement financier il va dans le bon sens, même s’il pouvait essayer de compenser l’augmentation des bases nationales d’imposition en taxe d’habitation ou en taxe foncière par une diminution de la part communale comme l’ont fait des communes gérées par le Fn par exemple Hayange, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Mantes- La -jolie et Hénin-Beaumont. Notons que ce n’est pas une information diffusée par le RN, mais admise le 15 février 2017 par le site factoscope 2017-2022 du Monde, journal pour le moins très éloigné de nous…

2) Alors pour quelles raisons précises refusons-nous ce budget ?

2.1) Une aide sociale insuffisante au niveau du CCAS qui reste à hauteur de 7,07 M€, à 4000€ de moins que pour 2018.

La misère, la difficulté pour boucler les fins de mois ne régressent pas avec le chômage, les augmentations d’énergie souvent non liées à l’évolution des prix d’acquisition des matières premières, le quasi-gel des retraites, l’augmentation de la CSG etc.

Je précise tout d’abord qu’il ne s’agit pas d’augmenter cette somme pour le seul effet d’annonce. La commune doit privilégier les citoyens français ou les ressortissants communautaires sur les autres, ne plus faciliter l’installation d’immigrés illégaux ou même légaux pour mieux assimiler les personnes venues en France, qui aiment notre pays et respectent nos fondamentaux et ne veulent pas imposer les leurs.

Il s’agit dans un deuxième temps de mettre à niveau l’allocation au CCAS pour aider réellement les Français dans la difficulté et les quelques éventuels ressortissants de l’UE dans le même cas à s’en sortir pour manger ( épicerie solidaire), pour se former avec de vrais stages professionnalisants, à accéder au transport urbain, à se loger. Je ne comprends pas comment avec une inflation à environ 2,2 % on peut aider autant sans réduire les aides à ceux qui selon nous devraient être les seuls à être aidés afin d’ éviter la pompe aspirante de l’immigration de masse.

2.2) Nous le refusons aussi, au regard des grands travaux entrepris de façon simultanée dans toute la ville qui auraient pu être lissés dans le temps afin de faire plus de social et de réduire davantage notre dette.

2.3) Nous le refusons, en considérant qu’un effort plus grand en matière de sécurité aurait été souhaitable

Certes les caméras que vous installez permettent de mieux procéder à des enquêtes après délits et crimes, mais l’exploitation immédiate doit être améliorée et surtout un renforcement humain dans les quartiers est nécessaire. Cela suppose davantage de policiers, mais aussi une coopération accrue avec les habitants dans le cadre d’échanges de renseignements, de contacts de proximité.

2.4) Nous le refusons, en considérant qu’une politique de prévention des risques, que j’ai évoquée lors d’un dernier conseil et qui repose actuellement sur la seule responsabilité des constructeurs, soit menée par la ville.

2.5) Nous le refusons, en pensant qu’une politique de l’habitat moins orientée sur de nouvelles constructions au gré des modes urbanistiques lancées par les architectes payés par les grands groupes nationaux ou internationaux serait souhaitable. Qu’il conviendrait de faire plus sur l’entretien, mais aussi un effort de pédagogie vis-à-vis de certains « jeunes » habitués aux dégradations (« jeunes » pour employer dans cette assemblée le terme de la pensée unique obligatoire).

2.6) Nous le refusons, en considérant qu’une remise à plat la ruineuse politique de la ville est nécessaire. Le multiculturalisme ne pose pas de problème en matière d’habitat à Singapour, Etat d’ailleurs sans identité initiale où la moindre incartade est très sévèrement sanctionnée. Il est une catastrophe dans notre pays.

2.7) Nous le refusons enfin, au regard de l’actuelle politique culturelle d’aide à la promotion de l’idéologie immigrationiste, à la pensée de gauche à travers les spectacles de La Comédie ou du Manège, structures qui vivent pour l’essentiel de subventions, mais aussi au regard de toutes les aides à l’ art déstructuré et volontairement provocateur tant sur le plan des œuvres plastiques que scéniques.

En complément à ce constat, la crainte très forte que la restructuration du musée des Beaux arts ne soit l’occasion de réduire les expositions des chefs-d’œuvre incontestés pour introduire en masse des œuvres de « plasticiens » issues du FRAC.

POUR TOUTES CES RAISONS, NOUS VOTERONS CONTRE LE BUDGET PRIMITIF 2019